Cette année, comme les précédentes depuis trois ans nous avons fait appel à un tour operator pour nous organiser notre week-end de l'Ascension.

Il y a deux ans, ce fut extraordinaire. Un gîte conforme aux soucis de respect de l'environnement. Une ambiance champêtre et conviviale. Un appel à la paresse et à l'oisivité loin des tracas du quotidien. Bref un régal et les autres hôtes étaient supportables, voire un peu plus...

L'année dernière, le déclin. On a délocalisé et fait appel à un tour operator étranger... enfin pas "français-français" quoi. Bon, on a senti le laisser-aller, faut le dire. Un gîte au rabais,qui aurait pu être bien sans la poussière mais ce ne fut pas le plus gênant. Le plus gênant ce fut les autres convives, enfin pas tous heureusement. Il y avait un petit vieux, qui devait faire sa petite sieste l'après-midi, parce qu'il avait bu deux verres de vin à table. Un petit vieux mauvais à la pétanque avec un pathétique désir de s'identifier à un Marseillais. Je crois que ce fut la principale erreur de goût de nos organisateurs, inviter ce triste sire. Surtout que nous avons dû nous coltiner ses vantardises en matières de prouesses lubriques, mais n'avons pu que constater avec dégoût que les prouesses vantées n'étaient pas en mesure d'être réalisées avec un tel appareil. Faites-cuire un macaroni pendant une demi-heure, vous aurez une idée de la consistance... Quant à l'arrière-train, tant de matières flasques ne pouvaient conduire à autre chose qu'à la nausée...
Heureusement, notre ami le Laze, ne reviendra pas cette année, occupé qu'il est. Enfin c'est ce qu'il dit. Nous savons tous qu'il a compris que sa jeunesse était fanée et puis de toutes façons sa bagnole est trop petite pour transporter son canapé.

Cette année, donc pas de Laze. On a pris un autre tour operator qui a eu la bonne idée de choisir un gîte dans une région où nous avons passé le premier de l'an ! Ah on ne retrouve pas le professionnalisme d'il y a deux ans ! Mais il nous a promis pleins d'activités auxquelles j'ajoute le course à pied puisque je me suis trouvé un partenaire si, d'ici là, il n'a imaginé la bonne excuse qui l'empêchera de courir... ! Je n'irais pas à jusqu'à dire qu'il en aurait bien besoin, il y a là un pas que je ne ferais pas, sauf si on me pousse dans le dos...