Ouh le petit Ghislain qui s'ennuie ! Et qui n'arrête de poster des commentaires sur mon blog délaissé, il est vrai, depuis presque trois mois. Mais après tout mon grand, c'est mon droit de laisser ce blog en jachère. Mais comme tu insistes je vais te faire plaisir en écrivant un petit message.

Je pourrais revenir sur mes tribulations estivales puisque j'ai la chance de pouvoir profiter de deux mois de vacances, contrairement à d'autres qui s'en mordent les couilles jusqu'au sang. Fallait bosser à l'école mon pauvre Laze, t'aurais eu le choix de ta carrière... Mes vacances donc... mais je pense que personne n'en à rien carrer, et puis résumer deux mois dans un message, rien que d'y penser, ça me gonfle...

Surtout que mes vacances semblent être ratées puisque je n'ai pas pris part à la première édition d'un tournoi de palets. A ce sujet le commentaire de Ghislain sur mon blog (d'ailleurs il faudrait que tu songes à t'en créer, ça t'éviterait de polluer celui des autres...) semble peu empreint de l'objectivité acquise pendant sa formation de journaliste et censée faire le fleuron de la profession. J'ai pu mener une contre-enquête et il me semble important de revenir sur quelques points obscurs de ce fameux tournoi. Enfin qui n'est fameux que pour ses organisateurs.

 

Tout d'abord, mon absence. J'étais certes dans une vallée des Pyrénées ariégeoisse quand s'est déroulée cette compétition mais pas sur un terrain de ma possession. Non, moi j'achète de la pierre pas de la terre. A linstar d'autres qui aiment acheter des appart' pour les louer et se constituer ainsi en rentier. Les Pyrénées ariégeoises, donc, que j'affectionne tout particulièrement. C'est brut, sauvage et pluvieux. C'est bon pour les jambes et le souffle mais mauvais pour la mémoire car monsieur Ghislain si prompt à chambrer, omet de dire que lui aussi ne finit les randonnées jusqu'au bout... Tu peux nous décrire le Pic du Brougat, s'il te plait ? Sans doute qu'un pic n'a que très peu d'intérêt pour ce grand athlète qui réserve ses forces pour gravir les montagnes pendant des compétitions. Pourquoi grimper seul, proche de la nature quand on peut le faire à plusieurs centaines ? non mais c'est vrai quoi !

Je cueillais donc des girolles quand d'autres lançaient des rondelles de laiton. Question de choix. Néanmoins je n'étais pas le seul absent puisque Ghislain regrette Bidoule dans son commentaire. T'as raison de chialer sur nos abscences, ça t'aura éviter de le faire en perdant contre nous... Car voilà l'astuce des organisateurs : fixer une date où les deux meilleurs joueurs ne seront pas là... eh oui toujours cette histoire du choix dans la date... Belle escroquerie messieurs (le Laze est dans le coup) mais il semble que ça n'ait pas été suffisant pour l'emporter.

Enfin un autre petit détail omis par le Ghislain : la fin de la soirée... Quelle heure il était, les gars et les filles ? 23h00 ? 23h30 ? Minuit ? wooooooooo, MEGATEUF !!! J'ai eu du mal à avoir l'info comme si c'était honteux, un truc qu'on veut pas dire, dont on on n'est pas forcément fier... Il a fallu aller la chercher l'info. Tous ils murmuraient de peur que je n'entende trop bien. Le ragard fuyany, les joues rosissant et la chiasse qui tord le ventre. Les symptômes de la honte. Faut pas ! Vous êtes tous de vieux et vieilles trentenaires et c'est normal qu'après la camomille de 23h00, on aille au dodo...

Sans déconner ! la belle équipe de bras cassés ! Ca relativise vachement les éloges de Ghislain, ça...

Le laze là-dessus on ne l'entend pas gloser, pas plus que sur le début du championnat d'ailleurs. Je sens que les mains vont être molles lors des prochaines rencontres et que ça va plutôt raser les murs en me rendant visite... Et si c'est moi qui viens, rassurez-vous les gars j'viendrai pour le café de 13h00 et repartirai à 14h00 en vous souhaitant une bonne sieste...